LA FRAGILITÉ DES RELATIONS MODERNES

POURQUOI LES RELATIONS PERSONNELLES MODERNES SONT-ELLES SI FRAGILES ?

 

  • Comment se fait-il que nos relations deviennent si difficiles ?
  • Pourquoi tant de personnes échouent dans leurs relations personnelles et sentimentales ou même à trouver un cercle d’amis fiables ?
  • Combien de personnes dans votre entourage sont incapables de faire durer une relation sentimentale?
  • Aurait-on oublié comment créer des relations personnelles de qualité ?

 

QUELQUES PISTES DE DECOUVERTES

Couple qui s'embrasse sur un soleil orangeJe vous propose dans cet article quelques idées qui vont nous permettre de mieux comprendre pourquoi les relations personnelles modernes sont devenues si fragiles.

C’est aussi comprendre que nous sommes dans une société qui nous pousse à un individualisme toujours plus important. Vous, comme moi, avons des attentes et pourtant il faut admettre que ses attentes ne sont parfois pas personnelles mais qu’elles sont construites par la société dans laquelle nous vivons. Cela a pour conséquence le développement d’un besoin de contrôle et d’indépendance.

 

La conséquence?

La conséquence de ce type de comportement entraîne le fait que nous ne sommes plus prêts à nous investir dans des relations personnelles. Les différences que nous y trouvons nous font peurs et nous ne savons pas comment les gérer. Nous n’avons plus le temps de les gérer car nos rythmes de vie sont de plus en plus rapides et laissent de moins en moins place à la qualité.

Nous sommes dans le tout, tout de suite et nous ne supportons plus d’attendre comme dans une file de supermarché. La responsabilité de nos relations personnelles nous appartient  même si nous avons un besoin de liberté constant qui nous prive aussi de relations personnelles profondes et qualitatives.

 

L’INDIVIDUALISME HEDONISTE

Est-il nécessaire de rappeler qu’historiquement des institutions traditionnelles très fortes comme l’Eglise et l’Etat procuraient un sentiment d’appartenance et une identité très claire. Ces deux là ainsi que bien d’autres permettaient aux êtres humains d’avoir une structure forte. Ils apportaient :

  • De la structure
  • De l’ordre
  • Un sens aux existences
  • Un sentiment d’appartenance
  • Une volonté de continuité
  • Un besoin réconfortant
  • Une âme collective

Un saut fantastique vers l’individualisme

C’est dans cette perspective qu’il faut comprendre que nous avons vraiment réalisé un saut énorme avec l’individualisme de l’ère industrielle. Nous avons toujours voulu plus de liberté tout en voulant garder tous les avantages que nous avions de la solidarité d’autrefois.

La vérité c’est que nous sommes devant un changement profond à grande échelle. Nous nous retrouvons face à des modèles de vie personnelle, de couple, de famille, de groupe qui sont tous plus différents les uns que les autres. Et pourtant, il faut faire état qu’il n’y a vraiment pas quelque chose de neuf lorsqu’il s’agit d’entrer en relation avec un autre individu. Cela nous pousse tout simplement à une réflexion sur notre condition d’être humain.

 

Les préoccupations premières des individus en société

Tous les sociologues vous le diront : les relations interpersonnelles sont les préoccupations premières des individus dans la totalité des sociétés. Et pourtant, la famille, le couple, les entreprises, les institutions sont des lieux qui rendent les relations personnelles toujours plus précaires. C’est dans cette nomenclature que chacun est testé. C’est dans ce même schéma qu’un grand nombre d’Hommes viennent demander de l’aide. Tout au long de cet article j’essaierai également d’éclaircir ses nombreux paradoxes qui s’imposent aux relations humaines modernes. Il s’agit véritablement de contradiction qu’il nous faut pourtant gérer pour un meilleur « vivre ensemble ».

Revenons à l’individualisme hédoniste. Les sociétés postindustrielles ont ramifié jusque dans les relations humaines ce que l’on doit appeler la rationalisation du travail. Aujourd’hui, un grand nombre d’Hommes se sentent seuls. Ils sont poussés par un système qui les pousse inéluctablement à réussir. L’échec n’est plus une solution, ni même un passage. La seule vraie voix qu’il convient de prendre c’est celle de la réussite.

 

Un monde hédoniste ?

Petite fille qui marche seuleCe mot semble pour beaucoup incompréhensible. Pour le résumer de manière très simple: il s’agit d’une doctrine philosophique qui prend pour principes de morale la recherche du plaisir et l’évitement de la souffrance. En bref il s’agit uniquement de se faire plaisir et cela sans tenir compte de la souffrance même des autres.

L’individualisme hédoniste c’est cela. C’est se retrouver seul pour un maximum de plaisir en solitaire tout en évitant un maximum de problèmes qui pourraient vous apporter de la souffrance. Vous n’êtes pas convaincu ? Dois-je juste vous rappeler comment fonctionne Facebook ? Instagram ? Ou tous les autres réseaux sociaux qui poussent les individus vers des paroxysmes jamais atteints  dans les sociétés modernes.

Une solution ?

Apprenez tout simplement à être vous-même, un être authentique et respectueux de l’autre.

 

« Votre individualité hédoniste s’arrête là où commence l’individualité de l’autre »

 

DES ATTENTES TOUJOURS PLUS GRANDES ET TOUJOURS PLUS MULTIPLES

Nos attentes sur les relations personnelles ont tout simplement explosé. On vit aujourd’hui dans un monde où nous demandons à une personne ou un groupe restreint de personnes une multitude de tâches que nous attendions auparavant de tout un ensemble de personnes.

Prenons par exemple la relation de couple. Aujourd’hui, dans un couple nous recherchons énormément de choses :

  • Un réconfort
  • Une protection
  • Des liens charnels
  • Un sentiment amoureux
  • Le bonheur
  • Un apport financier
  • Un épanouissement personnel
  • De l’intimité
  • Une connivence
  • Une amitié
  • Du sexe (un peu/beaucoup/pas du tout)
  • Etc.

En fait, le couple démontre parfaitement tout ce qui se passe aujourd’hui dans les attentes envers les relations personnelles. Nous ne sommes plus dans une attente simple d’amour mais dans une relation d’amour avec des attentes multiples. C’est ainsi que nous utilisons le couple pour répondre à notre besoin de sécurité, de relation stable, de besoin d’intimité, d’échange, de passage de partage, d’être aimé et aimer.

Le besoin de sécurité

Faut-il rappeler qu’auparavant le besoin de sécurité était surtout réalisé par une communauté. Que les relations stables se faisaient autant dans le couple avec les amitiés que l’on pouvait mettre en place. La famille proche remplissait tout un ensemble de tâches qui aujourd’hui sont dévolues à la relation de couple.

Le besoin d’intimité

Le besoin d’intimité s’est développé avec une société qui devenait de plus en plus instable. C’est devenu un remède miracle contre l’isolement progressif, une manière de performer davantage. Le besoin d’intimité dans le couple est devenu véritablement un rempart contre une société qui isole de plus en plus les individus tant dans leur travail que dans leur vie personnelle.

Hommes et femmes sont différents

Lion et lionne couchésLes besoins d’intimité de l’homme et de la femme sont totalement différents. Si pour l’homme, il passe davantage par la virilité, le langage du corps et par l’intimité sexuelle, il est pour la femme une utilisation de la parole, du dialogue, d’échanges et de considérations partagées. C’est un véritable défi qui oppose constamment ces deux êtres humain que pourtant tout rapproche. Le challenge de vie qui unit ces deux personnes est de trouver une conciliation entre amour et désir alors que l’un et l’autre ont des logiques et des langages totalement différents.

Je t’aime moi non plus

Dans les premiers temps du couple, la relation personnelle qui unit les deux personnes entraînent de nombreuses satisfactions qui apportent la sécurité, la stabilité, une protection dont a besoin l’amour pour s’émanciper. En même temps, les relations charnelles, l’intimité sexuelle et sensuelle vont amener l’excitation dans le besoin du désir. C’est la période de lune de miel.

Mais vient le temps des pantoufles…

Le temps passant, chacun prend ses marques dans une relation où ils pensent connaître l’autre de plus en plus. Ils ne prennent dès lors pas garde à l’arrivée des habitudes bonnes comme mauvaises. La mise en place d’une usure qui va aboutir sur des déceptions. Les pantoufles deviennent de plus en plus lourdes et on peut de moins en moins bouger.

Du couple à la famille

C’est avec l’arrivée des enfants que les responsabilités et les obligations se font sentir. Elles sont présentes tant à l’intérieur du couple, de la famille qu’à l’extérieur avec les groupes et les différents réseaux sociaux que chacun des membres fréquentent. On assiste à une diminution du dialogue. L’intimité et la complicité se distendent de plus en plus et on est toujours dans la recherche de l’enthousiasme du départ. C’est ainsi que amour et désir prennent deux chemins différents et finissent même par se séparer puisqu’ils ne répondent pas à une même logique. Le désir quant à lui – pour se maintenir – a besoin de nouveautés, d’énergie,  de mouvement. L’amour demande la réciprocité, la certitude, la continuité et un approfondissement constant.

Un paradoxe éternel

Pour résumer, je dirais que le désir a besoin de distance pour s’enflammer à nouveau et que l’amour a besoin de proximité pour briller hardiment. C’est donc tout naturellement qu’il faut conclure qu’il peut être difficile de susciter à la fois l’excitation autant que la stabilité mais ne perdez pas espoir car c’est tout à fait possible.

 

« Ayez toujours des intentions plus grandes et des attentes toujours plus petites »

 

C’est la seule manière de pouvoir constamment vous épanouir dans une relation de couple. Avoir toujours des intentions élevées sans aucune attente. Vous ne pouvez être que satisfait de ce que vous aurez.

 

UN BESOIN D’INDEPENDANCE

Le fait que les relations personnelles modernes soient de plus en plus fragiles abouti sur un deuxième paradoxe. En effet, nous avons toujours besoin de liens toujours plus importants et en même temps nous souhaitons toujours être de plus en plus indépendant. Nous avons autant besoin de proximité que de distance.

Proche et loin à la fois

Le couple et la famille sont des lieux de rencontre, d’échange, de découverte, d’apprentissage mais aussi un espace pour lequel on ressent le besoin de se sentir libre et autonome. Un besoin d’exister en dehors de la proximité de l’autre.

C’est ainsi que l’on voit au sein des relations personnelles des aspirations qui vont s’y déployer avec des manœuvres tantôt positives et tantôt négatives. C’est ainsi qu’apparaissent des jeux de pouvoirs entre les besoins de lien et d’indépendance.

Citons quelques exemples

Combien ne se sont pas retrouvés enfermés dans un amour qui contrôlait tout et qui maîtrisait leurs moindres faits et gestes. L’amour est alors synonyme d’étouffement et de destruction.

Dans les relations familiales, le nid douillet qui a permis à l’individu de grandir et de réussir devient à un moment donné synonyme de prison. Lorsque l’un des parties instrumentalise l’autre, des tensions et des conflits naissent. Une des parties refuse d’endurer cela encore plus longtemps.

Enfin, qu’en est-il de ses relations qui se transforment, par peur d’être seul ou totalement abandonné, en relation conflictuelle, destructive et totalement nocive avec la personne. Il s’agit véritablement d’une relation d’emprise.

 

LE FAIT DE NE PAS ETRE PRET

Cette partie sera certainement la plus courte car il s’agit véritablement de n’être pas prêt pour les relations personnelles. Entrer en relation avec quelqu’un c’est utiliser le compromis, c’est faire preuve d’amour inconditionnel. C’est être prêt à s’investir malgré tous les problèmes que l’on a rencontré. C’est cela, investir sans concession pour faire fonctionner la relation.

Vouloir que se soit facile est une erreur

Le fait de ne pas être prêt c’est reconnaître qu’on veut tout simplement que tout soit facile alors que ce n’est pas le cas. Ne pas être prêt c’est rendre les armes avant même de se battre. C’est être lâche face aux relations humaines. C’est fuir devant le moindre obstacle qui se dresse sur votre chemin. Ne pas laisser le temps à la relation de s’adapter et d’évoluer.

Cette partie sur le fait de n’être pas prêt peut s’avérer très critique et pourtant il ne s’agit que d’un état d’esprit et d’une acceptation face à un challenge à relever. Il ne dépend que de vous de vous investir et de tout donner sans aucune garantie de réussite. C’est partir avec un tempérament de guerrier qui va se battre jour après jour pour que les relations qu’il mettra en place se développent autant qu’il ait envie de grandir et réussir.

 

C’EST ACCEPTER LA DIFFERENCE

C’est privilégier tout autant au sein du couple que de la famille une rencontre: celle de la différence de l’autre.

C’est en effet très facile d’accepter d’accueillir les différences de points de vue, de caractère et même de religion ou de culture lorsqu’il s’agit de relation d’amitié, de travail ou de club de sport. Néanmoins reconnaître, accepter et encore plus savoir intégrer la différence de son partenaire, de ses enfants, de sa famille c’est faire preuve de sagesse. La vérité c’est que la différence dérange, elle oblige et contraint. On oublie souvent dans les premiers moments d’une relation de couple que chacun arrive avec son passé, ses histoires, sa socialisation primaire et secondaire, ses valeurs, ses convictions et sa vision du monde.

Imposer sa propre vision à l’autre …

Et c’est ça qui pour moi est la plus grande difficulté des relations personnelles modernes. C’est que chacune des parties veut toujours imposer sa propre vision du monde comme la seule véritable et la seule compréhensible par tous. Elle comprend bien entendu tout son système de valeurs et ses croyances et est pratiquement différente pour chaque être humain. C’est ainsi que chaque être humain essaye d’enlever les lunettes que porte l’autre, il veut lui imposer constamment de regarder le monde avec ses propres lunettes.

Que dire de plus, vous connaissez la suite c’est ainsi que naissent les tensions, les conflits, la démission des uns, l’emprise des autres, etc. C’est donc pour cela que le couple, la famille, les groupes sociaux sont des lieux d’apprentissages de la différence. Ce sont des lieux où l’on apprend le dialogue, la négociation et le respect. Et c’est pourtant également le lieu où nous allons faire la connaissance de la déception, de nos renoncements, d’illusions perdues. Tout cela nous met face à la vraie réalité de la vie : celle qui a un commencement et celle qui a une fin.

« C’est toujours à l’individu de trouver la balance qui lui permettra à la fois d’être authentique tout en étant solidaire dans la cohésion des liens personnels »