COMMENT AVOIR PLUS DE TEMPS POUR SOI? 

COMMENT AVOIR PLUS DE TEMPS POUR SOI? 

 

Je dois faire un constat sans appel : tous les groupes que je fréquente, que ce soit des groupes d’entrepreneurs, des réunions de mouvement de jeunesse, des réunions de la jeune chambre internationale, des réunions de comité des fêtes de villages ou encore des réunions du Business Network International (BNI) tournent autour d’une même constante qui est la suivante : « Je n’ai déjà pas assez de temps pour moi, je ne veux pas m’investir davantage dans quelque chose où je ne pourrai pas tenir mes engagements à 100% ». Combien de fois ai-je déjà entendu cette affirmation autour de moi et il s’agit – pour la plupart – de personnes qui ont effectivement un emploi du temps déjà très chargé.

 

DE QUI S’AGIT-IL?

 

Personne qui travailleEst-ce que ces mêmes personnes ne pourraient pas réaliser une tâche supplémentaire – qui ne leur prendrait finalement que très peu de temps – dans leur emploi du temps déjà chargé ? La réponse est oui et ils sont certainement  ceux les plus à même de réaliser cette tâche que l’on souhaitait leur attribuer. En effet, c’est ce genre de personne qui démontre au quotidien qu’ils savent gérer leur temps, le consacrer aux autres lorsque c’est nécessaire et en avoir en suffisance pour eux pour mener à bien un ensemble de projets personnels.

 

La question qui arrive souvent dans la foulée, c’est que l’on se demande :

 

« Comment font-ils et pourquoi, moi, je n’y arrive pas ? »

 

Je vous propose dans cet article, 3 solutions qui proviennent de personnes qui savent utiliser leur temps au mieux.

 

UNE QUESTION A SE POSER TOUS LES MATINS

 

Je voudrais tout d’abord vous parler de Steve Jobs, le fondateur d’Apple. Comme tout le monde le sait, il est le fondateur d’une entreprise à succès. C’est un entrepreneur et inventeur visionnaire de l’Amérique. Il lancera notamment l’ordinateur personnel, le baladeur numérique ensuite le Smartphone et la tablette tactile. M. Jobs sera également directeur des studios Pixar et membre du conseil d’administration de Disney.

 

QUI EST STEVE JOBS?

 

Steve Jobs est né le 25 février 1955 à San Francisco en Californie et est décédé le 5 octobre 2011 à Palo Alto, toujours en Californie. Nombreux sont ceux qui connaissent Steve Jobs et pourtant il reste un personnage très étudié à l’heure actuelle tellement sa vie a connu des rebondissements impressionnants. Nombreux sont ceux qui le connaissent à travers ses produits, ou le fait qu’il a débuté sa carrière d’entrepreneur dans le garage de ses parents. Néanmoins il avait mis en place un système qui lui permettait constamment de s’améliorer et d’utiliser au mieux son temps. Chaque matin il se posait cette question : «Si aujourd’hui était le dernier jour de ma vie, est-ce que je voudrais faire ce que je prévois de faire aujourd’hui ? ». Lorsque la réponse était non pendant plusieurs jours de suite il savait qu’il devait impérativement changer quelque chose pour améliorer sa vie.

 

Tout Comme Steve Jobs, posez-vous la question de savoir si ce que vous faites vous apporte des choses dans votre vie ? Est-ce que vous ne faites pas les choses de manière automatique et machinale sans même vous poser la question du « Pourquoi ?».

 

CHASSER DE VOTRE VIE CE QUI N’EST ABSOLUMENT PAS NÉCESSAIRE

 

Vider votre vieAfin de constamment grandir et réussir dans votre vie, il faut chasser tout ce que vous faites si cela ne vous apporte aucun bénéfice, aucun bienfait, aucune plus-value dans votre vie. Les solutions ne manquent pas pour gagner du temps. Certains décideront de ne plus regarder la TV, d’autres supprimeront une application dévoreuse de temps sur leur téléphone portable, d’autres encore quitteront un club dans lequel il ne se sente pas bien et qui ne leur apporte plus de bénéfices. D’autres encore, décideront de tout lâcher pour enfin réaliser leur rêve de voyage, de rencontres, de formations, etc. Bref, commencer par vous poser cette question tous les matins : « Si c’était le dernier jour de ma vie est-ce que je ferai ce que je prévois de faire aujourd’hui ? ».

 

SAVOIR CE QU’IL FAUT FAIRE MAIS NE RIEN FAIRE. CELA S’APPELLE L’ACRASIE 

 

Je vais maintenant rechercher les anciens penseurs de la Grèce antique comme Socrate, Platon et Aristote qui ont développé ce terme d’acrasie.

 

Certains voudront lier l’acrasie et la procrastination. Je tiens à expliquer exactement la différence entre ces deux termes.

 

PROCRASTINATION = C’EST POUR PLUS TARD

 

Quand vous procrastinez, vous avez belle et bien décidé d’accomplir une tâche, un objectif bien spécifique mais vous remettez toujours sa réalisation à plus tard. Exemple, vous savez que vous devez rapidement envoyer de nouveaux CV à des entreprises pour trouver un nouveau travail et vous passez la totalité de votre journée à surfer sur le net en lisant et regardant des vidéos. Si vous voulez approfondir cette thématique de la procrastination, je vous conseille le livre suivant : « Comment passer à l’action sans reporter les choses à demain? ».

 

ACRASIE = C’EST UN BESOIN DE FAIRE QUELQUE CHOSE SANS DÉCIDER DE LE FAIRE

 

L’acrasie démontre une problématique plus profonde et plus ancrée. C’est-à-dire que vous éprouvez un besoin de faire quelque chose sans décider de le faire. Il y a un sentiment perpétuel de « devoir faire quelque chose » mais qui n’abouti jamais sur une action. Il en résulte une frustration permanente. Exemple : manger des crêpes au lieu de suivre un régime pour être en meilleure santé. Rester dans une relation conjugale avec quelqu’un au lieu de rompre alors que la situation est frustrante pour les deux parties.

 

« L’acrasie se distingue de la procrastination par son caractère de « devoir » faire quelque chose et s’abstenir de le faire. »

 

Pour plus d’éclaircissements, je reprendrai les mots de Josh Kaufman, auteur du Personal MBA, qui distingue quatre aspects dans l’acrasie: il y a tout d’abord

  •  une action
  •  ensuite vient un désir/une volonté
  •  un sentiment de devoir faire quelque chose
  •  une résistance émotionnelle.

 

C’est ainsi qu’il fait remarquer que des sources de résistance potentielles sont nombreuses, certaines personnes :

 

  • sont incapable de définir ce qu’elles veulent
  • croient durs comme fer que l’action à effectuer va les rapprocher de quelque chose qu’elles ne veulent pas
  • ne sont pas capable de savoir comment  aller du point A – là où vous êtes actuellement – au point B – là où vous voulez être
  • idéalisent la finalité souhaitée au point que leur cerveau estime qu’elles ont peu de chance d’y parvenir, d’où une aversion sévère pour la perte.
  • ont le sentiment de « devoir » dicté par quelqu’un d’autre, d’où une résistance à la persuasion
  • attendent une autre action dans leur environnement actuel qui leur promet une gratification immédiate, alors que la récompense de l’action en question viendra bien plus tard
  • pensent que les avantages de l’action en question sont abstraits et lointains, alors que d’autres actions possibles leur apporteront des avantages concrets et immédiats

 

AUCUNE SOLUTION MIRACLE

 

Porte ferméeRésoudre le problème de l’acrasie est délicat et il n’existe pas de solution miracle. Ceci dit, je me ferai un plaisir de vous apporter de nombreuses stratégies dans des articles à venir qui vous permettront de prévenir et résoudre des situations bloquantes de type acratique.

 

LA CRÉATION D’HABITUDES

 

Restons dans la Grèce antique et plus spécifiquement avec l’auteur et philosophe grec Aristote pour vous parler des habitudes. Nous avons gardé de ce grand personnage cette citation :

 

« Nous sommes ce que nous faisons de manière répétée. Par conséquent, l’excellence n’est pas une action mais une habitude. »

 

Toutes les habitudes que vous mettez en place de manière régulière vous font constamment grandir et réussir. Elles favorisent :

  • votre santé
  • votre mental
  • vos relations
  • votre alimentation

 

Les habitudes sont applicables à tous les domaines de votre vie. Regardez autour de vous, vous avez dans votre vie un nombre incalculable d’habitudes qui font que vous rester en forme et en bonne santé tout autant que heureux et épanoui. Prenons comme exemple le fait de vous brosser les dents chaque jour, d’avoir une hygiène irréprochable ou de manger sainement, ce sont des habitudes qui sont propices à votre développement. A contrario, Il existe des habitudes qui sont néfastes pour vous :

  • fumer des cigarettes vous détruit la santé ainsi que celle de votre entourage,
  • le fait d’utiliser votre véhicule abondamment entraîne une forte pollution et une dégradation importante de l’environnement
  • manger trop de sucreries vous rend obèse et/ou entraîne des maladies cardio-vasculaires.

 

2 TYPES D’HABITUDES DISTINCTES

 

C’est ainsi que l’on peut différencier deux types d’habitudes : des choses que vous voulez commencer à faire et d’autres que vous voulez arrêter de faire. Il s’agit de deux situations extrêmes qui entraînent des résultats forts différents. Néanmoins il existe des habitudes qui se trouvent dans une zone grise ; on parlera des habitudes que vous voulez faire davantage pour améliorer vos résultats comme par exemple de vous entraîner plus pour être plus en forme. Il existe aussi les habitudes que vous voulez moins réaliser et ainsi atténuer les conséquences négatives qui en découlent. Par exemple, vous décidez de réduire de moitié votre consommation de sucreries pour avancer d’un pas dans votre régime.

 

HABITUDES ET VOLONTE

 

La mise en place des habitudes est très fortement liée à la volonté. En effet, il sera plus facile de mettre en place des habitudes lorsque vous viendrez greffer des nouvelles habitudes sur celles qui sont déjà existantes.

 

Le Life Challenging Program propose la mise en place de neuf habitudes par jour pour arriver à des changements profonds et durables. Pour cela, les habitudes à mettre en place viennent se greffer sur celles déjà existantes. Au plus vous aurez de bonnes habitudes de base, bien intégrées, bien rodées et mises en action tous les jours, au plus vous obtiendrez des facilités à réaliser des ajustements ou même à ajouter de nouvelles habitudes pour avoir des résultats encore plus grands que ceux que vous avez eu jusqu’à présent.

 

Votre volonté viendra à votre secours dans certains moments mais il est préférable de l’utiliser avec parcimonie si vous voulez mettre toutes les chances de votre côté. En effet, la volonté est à percevoir comme un muscle utilisé quotidiennement et qu’il faut éviter de fatiguer voire même d’user.

 

QUELQUES EXEMPLES POUR INSTALLER DES HABITUDES AU QUOTIDIEN :

 

  • Faire son lit le matin avant de quitter son domicile (en l’ayant aéré au préalable un minimum) permet de réaliser une action complète et réussie dès le début de votre journée. Cela vous permet d’entamer la journée du bon pied parce que vous avez modifié votre mindset – état mental – positivement avant d’entamer les autres tâches de votre journée.

 

  • Préparer les vêtements que vous allez mettre le lendemain la veille au soir. Cela vous permet de dégager votre cerveau d’une tâche qui pourrait tourner pendant toute la nuit. Cela vous fait gagner un temps précieux dès le matin et vous permet déjà de planifier mentalement le bon déroulement de votre journée suivante.

 

  • Préparer un verre d’eau sur votre table de nuit avant de vous coucher, cela permettra à votre corps de démarrer beaucoup plus facilement au réveil car vous lui apporterez ce dont il a le plus besoin : de l’eau.

 

  • Préparer la veille au soir votre environnement pour la réalisation d’une mini séance sportive au matin. Je pense notamment aux vêtements et chaussures que vous porterez, le tapis de sol, les poids et l’écran si vous suivez un programme personnel d’entraînement en ligne comme le WIP.

 

  • Placer votre boîte de vitamines ou de compléments alimentaires à côté de votre tasse de café ou de thé. Le matin, vous n’aurez ainsi pas à y penser, vous les prendrez directement en même temps que votre boisson matinale.

 

Vous êtes nombreux à vouloir mettre en place de nombreuses habitudes positives pour vous aider à grandir et réussir. Vous aurez beaucoup plus de chances d’y arriver en les mettant en place l’une après l’autre.

 

C’EST COMME APPRENDRE A MANGER UN CORNET AVEC PLUSIEURS BOULES DE GLACE!

 

Laissez-moi vous raconter cette histoire.

 

Boules de glaceC’est l’histoire d’un enfant qui est au parc avec son père. Il fait chaud et ils ont tous les deux joué au ballon. Ils transpirent et ils sont tous les deux à la recherche d’une boisson pour se rafraîchir.

C’est à ce moment-là que passe devant eux un marchand de glace. Le père, voulant faire plaisir à son fils, lui propose de lui acheter une glace. Lorsque c’est son tour – devant le marchand – le garçon, émerveillé par ce geste inhabituel de son père lui demande trois boules de glace. Une à la vanille, la seconde au chocolat et la troisième à la fraise. Une fois que le père a lui-même commandé son cornet avec les mêmes boules que son enfant, ils se rendent sur un banc à quelques mètres du marchand ambulant.

La température extérieure étant tellement forte, les glaces fondent rapidement, elles dégoulinent et l’enfant perd deux des boules de son cornet qu’il n’a pas réussi à maintenir convenablement en équilibre. Son père, plus averti quant au problème qui allait se poser avec la chaleur, a géré les trois boules de glace d’une main de maître et se voit fortement attristé par le regard de son enfant qui l’implore pour avoir de nouvelles boules. Le père, succombant à son fils lui propose de retourner voir le marchand pour lui acheter les boules manquantes.

Alors qu’ils sont occupés d’attendre dans la file, le père remarque une famille avec trois enfants et chacun d’eux rivalisent auprès de leur mère pour celui qui pourra avoir le plus de boules sur son cornet. La réponse de la mère ne fait pas du tout l’unanimité des enfants mais elle répond qu’ils auront chacun une seule et unique boule et que s’ils parviennent à la manger sans qu’elle dégouline sur le cornet, qu’ils n’en aient pas plein les mains ou que la boule ne tombe à terre, ils auront droit à une seconde boule. Le père et l’enfant, témoin de la scène se regardent mutuellement et l’enfant dit à son père :

« Papa, je vais seulement prendre une boule et m’entraîner comme eux et si je fais un sans faute – comme les autres enfants – j’en prendrai à nouveau une ». Le père acquiesça et regarda son fils avec fierté.

 

 » Apprenez à faire les choses dans l’ordre et c’est toute votre vie qui trouvera un ordre. »