Productivité et performance

Une productivité maximale
La productivité est présente dans tous les champs d’activité humaine. Qu’il s’agisse d’économie, de management, de gestion humaine, de gestion familiale, de gestion des denrées alimentaires, de gestion des stocks, etc., tout est soumis à la productivité d’une manière ou d’une autre. Nous avons créé un monde basé sur une économie ou c’est à celui qui va le plus vite, le plus loin et le plus fort vers un objectif qui est récompensé. Il suffit de voir pour s’en assurer le développement du sport de haut niveau ces dernières décennies.
La productivité et le sport de haut niveau
Toutes les pratiques sportives de haut niveau sont aujourd’hui soumises à une productivité maximale pour que le corps et l’esprit puissent s’allier et se lier pour dépasser toutes les exigences en matière de résultats. Tous les coups sont permis et à un nouveau résultat sportif international s’ensuit de nombreux autres. Les limites de l’humain sont sans cesses repoussées au point que même la science a du mal à prédire jusqu’où nous pourrons aller.

Bien que cette productivité dans de nombreux champs devient la norme, les individus se rendent de plus en plus compte que pour vivre normalement ils doivent faire des choix et délimiter exactement ce qu’ils veulent ou bien être plus productif dans l’ensemble des tâches qu’ils veulent réaliser. C’est ainsi qu’un coefficient de productivité a vu le jour et il calcule la quantité produite en fonction des moyens mis en œuvre.
Un paramètre essentiel: la durée de vie
À la base, un constat simple et édifiant, le fait que la vie humaine est soumise à un paramètre essentiel qui est la durée de vie. Celle-ci n’est pas constamment extensible et bien que la longévité augmente il n’en est pas de même pour la gestion du temps qui nous est impartie. Le monde moderne et toutes ces avancées technologiques ont permis à l’humain d’avoir une vie à côté du travail et celle-ci est fortement déterminée par sa productivité au travail qui lui permettra d’acquérir assez de moyens financiers et temporels pour réaliser un ensemble d’activités en dehors de son travail.
Trouver la bonne mesure
C’est ainsi que l’on parlera d’unité de temps, de travail et activités professionnelles, d’investissement de productivité et de temps libre. De la même façon il faut pouvoir tenir compte des activités en temps caché, de la délégation détachée que l’on ne veut pas faire mais aussi de celles qui deviennent routinière et qui ne nous remplissent pas intérieurement. Car nous nous y trompons pas, dans la nouvelle conception de la gestion du temps et de la productivité, il ne s’agit plus de gérer des pages et des objectifs mais de se gérer soi-même en tant que personne et individu à durée de vie limitée.
Productivité et vie privée
C’est dans cette optique , que la productivité s’insinue dans la vie privée et vie professionnelle  en poussant les individus à trouver la meilleure balance possible entre les deux. Ils doivent malheureusement compiler avec de nombreuses contraintes (salaire, temps disponible, enfants) et ils sont souvent démunis face aux outils à utiliser pour augmenter leur productivité, réduire leur temps de travail et passer plus de temps pour ce qu’ils ont réellement envie de réaliser. Ne nous cachons pas la vérité, derrière la productivité et le détachement du milieu salarial ou du travail il y a une réelle volonté de l’individu de s’épanouir dans la liberté et le fait d’être financièrement libre.
La productivité et le développement personnel
Par contre, faire ce constat, c’est arriver également à celui qu’il y a une vie après le salariat ou après le travail et que l’individu recherche son plein épanouissement au travers du développement personnel et la quête perpétuelle de lui-même. (Pourrions-nous parler d’ennui? La question reste ouverte). On ne s’étonnera donc pas que l’individu se tourne vers le développement personnel, la spiritualité, les outils qui lui permettront d’être financièrement libre, d’atteindre son autonomie et réaliser ses rêves de liberté.

LA COMMUNICATION NON VIOLENTE : LES FONDAMENTAUX

LA COMMUNICATION NON VIOLENTE : LES FONDAMENTAUX

Dans un précédent article, je vous parlais de la communication non-violente et de ses origines. Marshall B. Rosenberg en est l’investigateur et c’est à lui que l’on doit la mise en place de ce type de communication. Si vous avez manqué le début, vous pouvez lire la première partie sur la communication non-violente : les origines en cliquant ici.

Dans cet article ci, je voudrais aborder avec vous 4 fondamentaux de la communication non-violente.

Mais rappelons avant toute chose que la communication non-violente peut-être utiliser de trois manières distinctes :

– Une communication avec soi-même afin de clarifier ce qui se passe en soi. Il s’agit de procéder à ce que l’on peut appeler une auto empathie.

– Ensuite, il s’agit de la communication avec une autre personne d’une manière qui favorisera d’une part la compréhension du message et d’autre part l’acceptation de celui-ci. Il s’agit de l’expression authentique.

– Enfin, la troisième manière est la réception du message par la personne qui l’émet. Il s’agit véritablement d’écouter d’une manière favorable

Femme passant un coup de file en buvant un café

LA COMMUNICATION NON-VIOLENTE – LES ORIGINES

LA COMMUNICATION NON-VIOLENTE – LES ORIGINES

Faites-vous partie de ces personnes qui ont un problème de communication ? Peut-être avez-vous déjà rencontré des personnes avec lesquelles vous ne parvenez pas à établir une communication adéquate ? Parfois, adopter une communication en fonction des circonstances vous permettra d’avancer plus rapidement vers vos objectifs.

La communication non-violente a été élaborée par Marshall B. Rosenberg. Elle peut se définir comme étant les interactions et le langage qui renforce l’attitude des humains à donner avec bienveillance et à inspirer les autres individus à en faire autant.
L’empathie

Ce qui est au cœur de la communication non-violente c’est véritablement ce que l’on appelle l’empathie. Elle est basée plus spécifiquement sur l’approche centrée de la personne que le psychologue Carl Rodgers a développé dans de nombreux ouvrages. On ne manquera pas de rappeler au passage que Marshall Rosenberg était un de ses élèves.
Pourquoi non violente ?

Il faut remonter aux origines pour comprendre que la connotation « non violente » est véritablement en lien avec le mouvement indien de Gandhi. Dans le cas de l’approche de Marshall Rosenberg, il s’agit de communiquer avec l’autre tout en le respectant et surtout sans lui nuire. Enfin, les travaux

Dessin d'un mind mapping au dessus de la tête d'une femme.

LE MIND MAPPING POUR ETRE PLUS PRODUCTIF

APPRENDRE A UTILISER LE MIND MAPPING POUR ETRE PLUS PRODUCTIF

Combien parmi vous veulent être plus efficace dans tout ce qu’ils font ? Combien parmi vous manquent de clarté dans les projets qu’ils entreprennent ? Avez-vous déjà commencé un projet et perdu votre motivation tellement celui-ci semblait devenir complexe et de plus en plus long à réaliser ?
Augmenter la clarté

Pour réussir tous les projets que vous mettez en place, avoir une vision claire est une chose prépondérante pour les mener beaucoup plus facilement à bien.

Il est primordial que vous ayez une vision claire des choses et de ce que vous voulez atteindre car cela aura une incidence très importante sur votre motivation. C’est en ce sens que le Mind Mapping vous permettra de développer une bonne organisation pour grandir et réussir.

C’est aussi un excellent outil de gestion et de planification. En l’utilisant vous deviendrez un stratège talentueux et vous mettrez en place des projets tout à la fois excitants et effrayants.
Mais qu’est-ce que c’est le Mind Mapping ?

Il s’agit d’un terme anglais pouvant être traduit en français par « carte cognitive », « carte mentale », « carte d’idée », ou encore

Statut de la justice

COMMENT TIRER LE MEILLEUR PARTI DES CONSEILS QUE VOUS RECEVEZ ?

COMMENT TIRER LE MEILLEUR PARTI DES CONSEILS QUE VOUS RECEVEZ ?

Dans un précédent article intitulé : « Comment utiliser les conseils que vous recevez des autres ? », je vous parlais plus spécifiquement de 5 clés dont il faut tenir compte pour apprendre à recevoir des conseils. L’idée n’est pas de résumer cet article mais bien d’en rappeler les plus importantes :

Agrandir son cercle de relations
S’entourer de personnes ayant des compétences complémentaires
Forcer les connexions
Toujours donner et voir la complémentarité
L’authenticité

Suivre ces 5 clés permet véritablement d’obtenir de la clarté et de faire