COMMENT S’AFFRANCHIR DU REGARD DES AUTRES ?

Pour bénéficier d’une confiance en soi au maximum il est important de pouvoir s’affranchir du regard des autres.

C’est une question que je rencontre très souvent lors les coachings que je réalise autant que dans les formations que je donne.

Même au-delà de cela, je pense que tout le monde se pose un jour cette question dans sa vie : « Comment me détacher de la peur du regard des autres ? »  ou encore se détacher du : « Qu’en-dira-t-on ? ».

Il y a pourtant un fait véridique : le regard des autres – même si on ne le veux pas – nous influence en bien comme en mal.

Le regard des autres porte autant qu’il détruit

Parfois, le regard des autres nous donnera des ailes et nous permettra de réaliser des projets improbables et parfois il brisera tout élan de motivation de manière nette et durable.

Dans cet article, je vous propose 8 clés pour dépasser le regard des autres et devenir 100 % vous-même.

Le regard des autres comporte tout un ensemble de peur :

  •                    La peur de parler en public
  •                    La peur de s’affirmer
  •                    S’affirmer lors d’un entretien d’embauche
  •                    La manière de s’habiller
  •                    Votre comportement 
Une femme se cachant derrière un pull blanc

Je ne peux pas m’empêcher de sourire lorsque dans une formation je donne une consigne bien précise par rapport à un exercice et que chacun regarde à droite à gauche le comportement de leurs voisins par rapport à cette consigne – comme pour se rassurer.

Un réflexe humain

C’est souvent le premier réflexe que toute personne a : regarder les autres pour adapter son comportement par rapport à ce que les autres vont faire.

Cela rassure et permet de se sentir inclus dans un élément plus grand : le groupe.

Le poids du regard de l’autre

Pourtant, il faut bien se rendre compte d’une chose, c’est que le regard des autres – si l’on décide d’en tenir compte au quotidien – nous prive énormément d’énergie.

En effet, nous sommes constamment dans l’ajustement par rapport aux comportements des autres et nous ne sommes donc pas capable de trouver notre propre comportement.

Nous agissons constamment par mimétisme et nous ne développons aucun aspect créatif. 

Le regard des autres est une prison

En effet, si vous vous laissez constamment influencer par ce que les autres pensent vous ne serez jamais vous-même et vous ne saurez surtout jamais qui vous êtes.

Pour se libérer du regard des autres, il est tout d’abord très important de savoir pourquoi vous tenez constamment compte de celui-ci et de comprendre comment ce poids vous emprisonne.

Il n’y a pas trente-six réponses à cette question ; il s’agit principalement d’un manque de confiance en soi et d’affirmation.

Lorsque vous manquez de confiance en vous, vous souhaitez constamment avoir l’approbation des autres.

Par exemple : 

Vous avez besoin de l’approbation de vos parents pour un choix car s’ils ne sont pas d’accord avec vous, vous imaginez que votre bonheur en sera impacté.

Cela peut se répercuter dans le choix de votre conjoint qui sera fortement influencé par vos parents.

Dans le même cas de figure, il peut s’agir d’un choix de formation lorsque vous entrez à l’université. Vous avez le choix entre : faire ce que vous aimez (si vous le savez bien entendu) ou faire plaisir à vos parents et prendre la formation qu’ils vous conseillent.

Vous pensez peut-être que la première solution est la meilleure, pourtant de nombreuses personnes prennent la deuxième.

J’ai moi-même fait partie de ces personnes ayant fait un choix d’étude par rapport aux conseils de leurs parents. Comment ne pas se rallier à ce qu’ils estiment le meilleur pour vous ?

Je me suis lancé dans des études d’ingénieur industriel car cela semblait le bon choix.

En vérité, j’aurais pu y arriver mais je n’avais absolument aucune motivation pour réaliser ce genre d’étude.

Il a fallu me rendre compte durant un stage en entreprise que je n’en avais absolument rien à faire des machines qui tombent en panne.

Seul était important pour moi le contact avec les humains et les échanges qui en découlent.

On pourrait penser que j’ai raté cette année d’étude et pourtant c’est l’année où j’ai le plus appris sur moi-même, sur mes choix, sur ma vie.

J’ai également compris que ce qui me bloquait ce n’était pas un manque d’apprentissage, de stratégie ou encore de technique mais bien un profond manque de confiance en moi. 

La bonne nouvelle à propos du regard des autres

Oui, il existe une bonne nouvelle par rapport au regard que les autres peuvent avoir sur vous et ce que vous en faites : vous pouvez vous en libérer complètement.

Cela renvoie principalement à des peurs qui vous appartiennent et qui ont parfois été construites autour de votre entourage mais aussi de l’environnement et des situations rencontrées.

Il est vrai que le regard des autres peut vous bloquer, pourtant il peut être un outil formidable pour trouver ce qui vous passionne et pour mettre en place la vie de vos rêves.

Un oeil bleu

Vivre avec le regard des autres c’est vivre avec un masque

Lorsque l’on vit en tenant exactement compte du regard des autres, on cherche avant tout à se faire apprécier des autres.

Voyons à présent comment s’en détacher et en tirer le meilleur parti :

8 clés pour se détacher du regard des autres

Clé 1 : Le regard des autres … c’est une chose normale

Nous sommes des êtres sociaux ayant besoin du regard des autres et de la vie en communauté.

S’il n’y avait pas de regards sur nous, nous aurions un problème encore plus grand : celui de la plus grande solitude

Cependant, c’est toujours à nous qu’il revient de savoir utiliser le regard des autres pour grandir et réussir ou pour s’arrêter et procrastiner.

Tous les êtres humains se posent à un moment donné cette question cruciale de savoir si ce qu’ils font va plaire aux autres.

Gardez juste en tête que c’est une question tout à fait normal et que vous êtes le seul capable d’y répondre correctement.

Clé 2 : Augmenter votre estime personnelle

Il est très important que vous gagnez une confiance en vous et surtout une estime personnelle plus grande.

Pour cela, je vous propose un petit exercice à réaliser sur une feuille de papier ou dans votre cahier de développement personnel :

Notez sur cette feuille vos succès et vos réussites de toute votre vie passée jusqu’à aujourd’hui.

Ensuite, efforcez-vous de noter chaque jour 5 choses qui vous auront apporté de la joie ou de la gaieté dans votre journée.

Après un mois, vous serez capable d’écrire au minimum quatre valeurs qui font de vous un être unique et qui rassemblent tous les moments de joie que vous aurez vécu pendant cette période.

Trouver au fond de vous qui vous êtes, ce que vous aimez et ce que vous trouvez le plus important pour vous.

Des yeux bruns

Une fois que vous serez prêts, passer à l’action !

Lorsque dans une discussion, une réunion, un événement vous ne serez pas d’accord sur une opinion, un fait, une valeur différente de la vôtre, faites-vous un devoir de prendre position et d’affirmer ce que vous avez en tête et ce que vous pensez. 

Petit à petit vous gagnerez en confiance personnelle et votre estime en vous s’en verra renforcée.

Clé 3 : Lâcher-prise par rapport au regard des autres

La pire chose que vous puissiez faire avec le regard des autres c’est d’en tenir compte tout le temps et que cela régisse tous vos actes dans la vie.

Dites non !

Lâcher prise et reprenez le contrôle de votre vie.

Au plus vous y penserez et au plus votre cerveau sera concentré sur le regard des autres et de ce fait, il ne s’affranchira pas si vous le laissez se concentrer là-dessus.

En effet, si vous suivez ce raisonnement, au moins vous serez en phase avec le regard des autres au plus vous serez rejeté et au plus vous vous rejetterez vous-même.

Vous créerez alors vous-même un cercle vicieux dans lequel vous vous enfermerez.

Respirer profondément et relâcher votre corps.

Le mouvement souple et flexible que vous pourrez donner à votre corps se répercutera un moment donné dans votre mental et votre manière d’être.

Efforcez-vous d’être toujours plus souple afin de lâcher prise d’autant plus vite pour endosser votre propre personnalité et non celles des autres.

Passez de l’impression à l’expression

Il n’est plus temps de faire bonne impression auprès des autres mais bien de vous exprimez pour vous-même.

Stoppez le contrôle

Lâcher-prise et le regard des autres n’aura plus aucune pression sur vous. Vous serez libéré d’être vous-même et de faire la plus belle rencontre de votre vie : vous !

Envie d’aller plus loin dans le lâcher-prise ? Je vous recommande la lecture de cette article : « ET SI ON PARLAIT DU LÂCHER-PRISE?« 

Clé 4 : être authentique

Lorsque l’on n’est pas authentique, que l’on cherche à ressembler à quelqu’un d’autre, on n’est ni soi-même ni la personne à laquelle on cherche à ressembler.

En fait, on est juste personne !

En procédant de la sorte, vous n’arriverez pas à établir des relations saines et durables avec les autres car les personnes ne vous reconnaîtront jamais puisque vous êtes chaque fois différent en fonction des situations et des personnes que vous rencontrez.

Au lieu de chercher à vous faire voir davantage, vous devenez complètement transparent !

En étant authentique, vous vous offrez la possibilité d’attirer à vous les personnes également authentiques.

Elles vous apprécieront et vous aimeront exactement pour la personne que vous êtes et non pas pour ce que vous voulez être.

Vous établissez une relation paisible avec vous-même autant qu’avec celles que vous développez avec les autres.

Un oeil vert

Les changements viennent de l’intérieur vers l’extérieur

C’est pour cette raison qu’en acceptant d’être vous-même, vous changez la perception que vous avez de vous-même par rapport aux autres.

Vous serez dans la pleine acceptation de vous-même et donc authentique.

Authenticité et vulnérabilité

Lorsque vous tenez compte du regard des autres, vous vous sentez constamment vulnérable alors qu’en devenant authentique vous êtes beaucoup moins vulnérable, tout simplement parce que vous êtes vous-mêmes. 

Clé 5 : être inspirant

Quand on tient compte du regard des autres, il y a toujours un moment où l’on s’en trouve déçu.

La déception est double : elle est personnelle mais également vis-à-vis de la relation que l’on peut construire avec d’autres personnes.

J’aimerai pour cela vous raconter une petite histoire :

Je viens d’une famille de quatre enfants. J’ai deux sœurs et un frère tous les trois plus jeunes que moi.

Ma position d’aîné de la fratrie m’a toujours valu de montrer l’exemple.

Lorsqu’une de mes sœurs ou mon frère faisait une bêtise c’était souvent sur moi que les réprimandes tombaient parce que j’étais l’aîné et que je devais montrer l’exemple.

Au plus les années passaient et au plus je sentais l’importance du regard de mes sœurs et de mon frère sur moi.

Je dois reconnaître que le changement ne s’est pas fait du jour au lendemain mais qu’il y a véritablement eu une évolution.

Au fur et à mesure que je me détachais du regard de mes sœurs et de mon frère – et même des autres personnes – je ressentais le besoin d’être inspirant.

Je commençais à me donner des défis personnels m’amenant à grandir et réussir personnellement.

C’est petit à petit que j’ai commencé à croire davantage en moi, à mes capacités, mes compétences et mes talents.

J’ai compris que le regard que les autres portaient sur moi m’importait définitivement très peu tout à l’encontre de pouvoir utiliser ce même regard pour devenir plus inspirant.

Depuis lors, je n’ai cessé de me former sur des sujets me passionnant et m’amenant à grandir et réussir de manière constante.

Il est vrai que j’ai connu de brillantes réussites et aussi de cuisants échecs.

Mais malgré cela, je me suis efforcé d’être inspirant en me lançant des challenges constant que je m’efforce de relever. 

Je pourrai vous en parler longuement mais je ne citerai ici que les principaux :

                   Une inspiration dans le développement personnel
                   Être inspirant par l’écriture de livres
                   Fédérer des personnes par des programmes de défi en entreprise
                   La réalisation de team building
                   La mise en place de programmes de formation en ligne sur G&R

Être inspirant, c’est faire des choix pour soi et prendre le risque d’inspirer les autres avec ses apprentissages et ses réussites. 

« Être inspirant, c’est être imparfait ! »

Clé 6 : Définissez qui vous êtes !

Si vous ne prenez pas la liberté de définir exactement qui vous êtes, soyez convaincus d’une chose : les autres le feront à votre place.

Reconnaissez tous vos talents, vos capacités et votre faculté à les utiliser dans tout ce que vous entreprenez.

Il y a un expert en vous !

La seule chose qu’il vous reste à faire, c’est de savoir en quoi et comment vous allez l’utiliser.

Une fois que vous avez répondu à cette simple question vous obtiendrez une confiance en vous inébranlable et une estime personnelle à toute épreuve.

Apprendre à identifier un expert, je vous recommande la lecture de cette article : « RECONNAÎTRE UN EXPERT« 

Un homme les bras croisé

Cela ne veut pas dire que vous êtes parfait, loin de là.

Il s’agit simplement de savoir en quoi vous vous distinguer des autres et ce qui vous rend unique.

Être un véritable expert et se reconnaître comme tel c’est savoir que vous excellez dans un domaine et que vous êtes très mauvais dans de nombreux autres.

Je vous recommande d’ailleurs à ce propos la lecture de cette article sur la trajectoire de vie : « UNE VIE, DES ACTIONS, DES DÉFIS ET DES RÉUSSITES« 

Clé 7 : Se détacher des feedbacks

Je n’aurais jamais pensé écrire cela dans un article :

Se détacher des feed-back est essentiel.

En effet, l’importance que vous donnez à un feedback déterminera fortement votre confiance en vous et l’estime que vous avez de vous-même.

Tout d’abord, pour qu’un feed-back soit valide il doit être donné par une personne qui a réalisé exactement la même chose que ce que vous venez de faire ou ce que vous souhaitez faire.

Ne prenez pas le feed-back d’une autre personne car elle ne fera que supposer sur des choses qu’elle ne connaît pas.

Il y a quelques années, je suis parti avec une équipe en Corse pour la réalisation d’un challenge sportif.

Le déroulement du séjour a été un véritable fiasco.

J’ai fait de graves erreurs dans la préparation et j’ai permis à certaines personnes – qui n’avaient absolument rien à faire dans une randonnée en haute montagne – d’y participer.

En agissant de la sorte, j’ai mis en danger toute une équipe sur un itinéraire parmi les plus dangereux au monde.

J’ai pris toutes mes responsabilités face aux événements et aux personnes présentes.

Une jeune fille avec la main dans les cheveux

Cela n’a pas été facile car il a fallu que j’admette mes propres erreurs.

Pourtant, ce qui m’a le plus choqué c’est que certaines personnes participant au challenge se sont permises de me donner un feed-back sur quelque chose qu’elles n’avaient jamais réalisé auparavant et surtout, sur lequel elle n’avait pas suivi mes préconisations d’entraînements. 

L’impact sur mon estime personnelle et ma confiance en moi a été foudroyant, à tel point que j’en ai développé un abcès buccale.

Ce que j’en ai retenu : toujours prendre distance avec les feed-back que vous recevez.

Autant pour les feed-back positifs que négatifs. En effet, la manière dont vous prenez un feedback illustre totalement comment vous prenez tous les autres.

Reconnaissez également votre expertise dans un domaine lorsque celle-ci est avérée et ne laissez absolument personne vous marcher sur les pieds.

Il en va de votre équilibre personnel, de votre confiance en vous, de votre estime personnelle et des relations que vous établirez.

Clé 8 : être libre

Pour s’affranchir du regard des autres il suffit d’être libre !

Vous me direz que c’est facile !

Je vous répondrais que oui et j’en ai moi-même fait l’expérience.

Tenir compte du regard des autres ne dépend que de vous et de personne d’autre.

Vous faites le choix entre la liberté ou la prison, c’est aussi simple que cela.

Votre liberté commence dans votre esprit, si vous n’êtes pas libre dans vos idées, dans ce que vous pensez, comment pourriez-vous être libre à l’extérieur ?

Il y a un mois, mes parents recevaient un nouveau chat.

Il avait déjà quelques mois. 10 mois pour être exact.

C’est un chat magnifique, tout noir avec une longue queue et des poils longs.

J’avoue personnellement ne pas être un grand fan de chats et pourtant, celui-ci m’a impressionné par sa longueur de corps, sa hauteur de patte, sa grande tête et ses grands yeux.

Je l’ai ramené à la maison dans une box prévu à cet effet pour ne pas qu’il se sauve dans la voiture et court dans tous les sens. 

Évidemment, vous vous en doutez, l’animal n’a pas trop apprécié, surtout qu’il vivait depuis sa naissance à l’extérieur dans un jardin. 

Il s’est efforcé pendant l’heure de route à miauler sans cesse et donner des coups de griffes dans les barreaux.

J’avoue qu’aux vues de ses grandes griffes je n’osais pratiquement pas m’approcher de la cage même pour l’ouvrir.

Une jeune fille rousse aux yeux magifiques

Pour le libérer et surtout par souci de faciliter, j’ai donc ouvert la cage sur le haut alors qu’elle s’ouvre également de manière latérale.

Je n’imaginais pas que ce simple geste aurait un impact aussi fort.

Afin que le chat s’habitue à la maison, nous lui avons donné sa cage avec un coussin dans laquelle il pouvait aller quand il le désirait pour dormir. Il rentrait constamment par l’ouverture du haut.

Tout se passait très bien et mes parents lui trouvèrent un nom : ils l’appelèrent O’Malley.

Après un peu plus d’un mois passé à la maison, O’Malley devait passer une visite chez le vétérinaire pour s’assurer que tout soit en ordre au niveau des vaccins.

Nous l’avons placé à nouveau dans la cage pour le transport en vue de sa visite chez le vétérinaire.

Tout se passa au mieux jusqu’à ce que nous ramenions O’Malley à la maison.

En mettant la cage sur le congélateur du garage, à hauteur de mains, j’ouvris la cage du côté latéral et à ma stupéfaction le chat resta dans la boîte.

Il refusait de sortir et miaulait de plus belle. J’avais beau l’appeler et lui montrer qu’il pouvait sortir, rien n’y faisait.

Il regardait constamment vers le haut pour qu’on lui ouvre la trappe de toit afin qu’il puisse sortir.

Lorsque j’ouvris enfin l’accès du dessus, il s’empressa de sortir dans le garage.

Vous êtes le maître de votre esprit et c’est à vous de choisir d’être libre ou d’être emprisonné.

Focalisez-vous constamment sur la liberté de votre esprit et vous obtiendrez la liberté dans le monde physique.

Pour ce faire, vous pouvez tout simplement répéter ce mantra mentalement ou oralement à chaque fois que vous vous sentez emprisonné :

« Je suis libre ! »

Laisser un commentaire